Ce forum a pour but de compiler nos recherches sur les savoir-faire perdus ou ignorés, dans une optique de retour à un mode de vie plus écologique et autonome.
 
Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  


Partagez
 

 Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!)

Aller en bas 
AuteurMessage
Liliane
Admin
Liliane

Messages : 43
Date d'inscription : 26/06/2018

Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Empty
MessageSujet: Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!)   Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Icon_minitimeDim 12 Aoû - 21:38

Sources :
- Habitat Plume (mobile, léger, écologique) par Christian La Grange aux éditions Terre vivante (2008)
- http://www.shs.terra-hn-editions.org/Collection/?Habitat-leger-et-mobile-de-residence
- https://claireeggermont.wordpress.com/2015/10/01/habitat-leger-une-autonomie-difficile-a-acquerir/
- http://www.ecoconso.be/fr/content/pourquoi-choisir-de-vivre-dans-un-habitat-leger
- https://toitsalternatifs.fr/conseils-pratiques/legislation-et-habitat-alternatif-loi/

1/ Qu'est ce qu'un habitat léger?

Un habitat dit léger est un habitat ne nécessitant pas de fondations. Plus petit qu'une maison traditionnelle, l'habitat léger peut également être déplaçable- s'il ne l'est pas, il minimisera son impact sur l'environnement en adoptant des matériaux de construction naturels et biodégradables. Les exemples les plus connus d'habitat légers sont la yourte, la tente, la caravane, le cabanon et la tiny house, mais ils en existent bien d'autres. Au delà de la différence de technique et d'impact environnemental, l'habitat léger se démarque de la maison classique par son faible coût de construction. Le site belge Ecoconso donne ainsi les chiffres suivants :







Type de logementPrix d'achat moyen
Maison ordinaire224 000 euros
Appartement/Studio231 000 euros
Tiny house10 000 à 100 000 euros
Yourte neuve7 000 à 22 000 euros
Caravane d'occasion1000 à 30 000 euros
Roulotte10 000 à 100 000 euros

Ces chiffres concernent plutôt l'achat d'habitats prêt à installer, mais souvent, habitat léger est synonyme d'autoconstruction et de matériaux locaux voire de récupération. Le prix peut alors beaucoup baisser. L'association AVRIL, dans son étude de 2011, évalue à 500 euros une caravane, à 2000 euros une yourte et à 5000 euros un camion aménagé. Claire Effermond, qui a écrit un article sur le sujet sur son blog en 2015, évoque quant à elle les 800 euros pour un tipi, les 2000 euros pour une maison en terre et en paille et 3000 euros pour une belle yourte. Les chiffres varient donc beaucoup, mais le consensus reste le même : choisir l'habitat léger, c'est opter pour une solution économique. C'est d'ailleurs principalement de là que vient son récent succès, la crise du logement en France touchant aux dernières nouvelles près de 15 millions de personnes [23ème rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre].

Étudions d'un peu plus près les habitats légers les plus courants :

A) La yourte
Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Yourte-en-Bourgogne

La yourte est un habitat millénaire qui fait partie de l'histoire des tribus nomades de l'Asie centrale. Elle se caractérise par sa forme circulaire et sa capacité à être démontée et déplacée facilement. Sa structure s'articule en 2 parties :
- Les parois : La yourte s'appuie sur un treillis circulaire très léger, constitué de lattes de mélèze ou de châtaigner assemblées en quinconce à l'aide lanières en cuir ou de cordelettes. La porte est insérée entre les treillis. Une sangle de tension entoure le tout pour éviter que le treillis s'évase sous le poids de la toiture.
- La toiture : Elle est constituée de perches droites ou légérements courbées, nouées en bas aux croisillons supérieurs et encastrées au sommet dans une couronne centrale appelé toono. Cette couronne laisse passer la lumière, permet l'aération et l'évacuation des fumées. Elle peut être couverte d'un morceau de tissu par temps de pluie, ou plus durablement coiffée d'une coupole de Plexiglas.

Structure d'une yourte:
 

Cette structure de base peut être enrichie d'un plancher circulaire, de fenêtres...Une fois que ce squelette est prêt, on pourra le couvrir de tissus. Traditionnellement, ce sont des couvertures de feutres qui sont utilisées, mais cette matière n'est pas du tout adaptée à nos contrées humides. Du coton, du lin ou du chanvre imperméabilisé, ignifugé et imputrécible constitue une meilleure option. On peut ajouter une bâche transparente en PVC pour plus de précautions. Avoir une toiture débordante pour éviter les ruissellements sur les murs est également une bonne idée.  En terme de chauffage, la yourte est particulièrement adapté à un chauffage au bois par le sol ou par un poële en fonte. Comme il est nécessaire de chauffer beaucoup en hiver ici et que la yourte est très étanche, il est conseillé de prévoir une ouverture de ventilation pour ne pas étouffer. Un autre point sensible est la possible invasion par des rongeurs - mieux vaut soigner le sol et les coutures de la bâche. Enfin, notons que la yourte "de base" n'est pas forcément l'habitat le plus adapté aux technologies d'autonomie modernes : panneaux solaires (pour l'électricité et le chauffage de l'eau), éolienne, appareillage hydraulique, système de phytoépuration...Et qu'il peut être intéressant de l'améliorer, notamment en la croisant à d'autres d'habitats légers : l'isoler avec des bottes de paille, tenter un toit en cône pour récupérer l'eau de pluie, etc.

B) Le tipi
Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) 4460984216_7ae38f3384_z
Le tipi est l'habitat nomade des Indiens des plaines. Tout comme la yourte, il se caractérise par une forme circulaire (ou plus précisément en dodécagone) et une très bonne mobilité. Il est cependant plutôt plus petit et a une structure plus basique. Son squelette est constitué de 12 perches, dont 2 destinées aux oreilles de ventilation. Cette base est ensuite couverte de toile, historiquement des peaux de bisons cousues entre elles (aujourd'hui on utilisera plutôt du coton traité). Des broches en bois constituent la fermeture finale au montage. Au sommet, 2 grandes oreilles d'aérations reliées à des perches dédiées permettaient de s'orienter par rapport au vent (l'arrière du tipi doit être tourné vers les vents dominants). La partie inférieure d'un tipi était doublé d'une toile (le liner) permettant d'isoler les courants d'airs venant du sol et l'humidité ruisselant le long des perches. En hiver, on ajoutait un faux plafond en tissu (ozan) et des broussailles derrière le liner pour avoir une meilleure isolation. L'entrée était ronde et fermée par un rabat de peau. Un récupérateur d'eau de pluie peut être fixé sous l'ouverture du toit.
Je n'ai pas trouvé énormément de témoignages sur la vie en tipi, mais les arguments positifs qui ressortent sont la facilité de montage, une bonne ventilation, une bonne isolation (j'avoue avoir un doute sur ce point) et une belle luminosité. Côté critique, le tipi est reconnu comme difficile à chauffer et globalement synonyme de vie à la dure (on est en contact avec le froid, l'humidité, on doit faire attention au vent et à la pluie, on consacre beaucoup de temps aux tâches ménagères, les invasions de rongeurs sont fréquentes...). Des variantes au tipi existe, comme le Wigwam, plus sphérique.


C) Les dômes et les zomes
Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Les_toiles_du_berger_dome_%C3%A9cole_P1220386

On reste dans les constructions circulaires avec les dômes géodésiques et les zomes. Le premier dôme géodésique a été créer en 1922. On peut définir ces dômes comme des hémisphères dont la structure est formée d'une juxtaposition d'éléments géométriques identiques, généralement des triangles. Ce squelette, qui demande un peu de précision à l'assemblage, à l'avantage d'être très léger et solide à la fois. Il est entièrement autoporteur, aucun pilier ne vient donc encombrer l'espace intérieur. Enfin, il permet d'économiser considérablement les matériaux de construction (on utilise l'équivalent d'un 50ème des ressources nécessaires à un projet de construction classique), et donc le coût et l'impact environnemental. Une fois le squelette construit, on peut le recouvrir d'une toile pour en faire un habitat nomade...Mais aussi le sédentariser en utilisant du bois, du verre, de l'argile, de la chaux, etc. Le dôme classique est cependant difficile à étancher, d'où la naissance un peu plus tard du zome, qui reprend l'idée d'un agencement de formes géométriques mais plutôt en double-spirale et qui se termine donc en pointe.

Le dôme comme le zome ont l'avantage d'être économes en énergie, notamment en termes de chauffage, grâce à leur forme sphérique. On peut encore accentuer cet avantage en prenant garde à bien l'isoler (de la laine en isolant en laissant un espace avec la toile externe comme dans le tipi pour évacuer l'humidité, un toit en toile bien imperméabilisée, une baie vitrée côté sud pour récupérer la chaleur du soleil, un poêle à bois efficace pour l'hiver ). En revanche, tout comme la yourte, il peut se heurter à des problèmes de ventilation. Il peut être pertinent de le coupler à un puits canadien. L'article wikipedia sur le sujet explique les dômes ne sont pas vraiment adaptés à un habitat permanent et sont plus intéressants en tant qu'installation temporaire, et ce pour les raisons suivantes :
-Bien qu'il faille moins de matériaux que pour une construction classique, ceux-ci sont plus difficiles à trouver (le bois doit être coupé en triangles, les fenêtres doivent être faites sur mesure, le raccordement électrique est plus complexe aussi) ;
- Il est difficile de s'étendre ou de compartimenter un dôme (l'intimité y est inexistante) ;
- Des matériaux non naturels et photosensible comme le plastique sont utilisés
- Le bois du squelette s'abîme aussi rapidement à cause de l'humidité
- Les murs arrondis font qu'il est difficile d'aménager le dôme (on ne peut pas simplement y fixer des étagères, y accoler un canapé droit...tout doit être fait sur mesure).

Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Ext-


D) Les roulottes
Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Roulotte
La roulotte est sous nos latitudes le symbole de la vie nomade. Assimilée aux manouches, aux gitans et aux roms, la roulotte se présente traditionnellement comme un studio rectangulaire, tout en bois et sur roues. Aujourd'hui, on trouve bien sûr des modèles plus modernes, proche du camping-car.


E) Les camions ou vans aménagés
Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Truck-living-room   Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Van-ame%CC%81nage%CC%81-camionnette
...

F) Les cabanons ou tiny house
Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) 10070303-la-cabane-ecologique   Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Lincoln-Tiny-House-at-Mt-Hood-Tiny-House-Village-via-TinyHouseTalk-com-0015
...

G/ Les autres (Earthship, Kerterre, Earthbag...)
Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Sam_0949   Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Earthbag-Village-section-view-b214-640
...

2/ Pourquoi vouloir vivre dans un habitat léger?


  • L'avantage économique : On l'a vu, l'habitat léger coûte bien moins cher à construire que l'habitat traditionnel (moins de matériaux, matériaux locaux ou recyclés, pas de permis de construire [à ce sujet voir la partie 3]...). Il coûte aussi bien moins cher à démanteler, car soit mobile, soit construit en matériaux recyclables. Si cet avantage peut se traduire par des retombées sympathiques (ne pas passer 20 ans à rembourser un emprunt permet notamment d'avoir un rythme de vie professionnel moins soutenu et ainsi de passer plus de temps à se consacrer à ses propres projets), il a aussi un côté sombre. Aujourd'hui, beaucoup de personnes vivent à l'année sur des campings à l'année, ou sur des terrains non constructibles en se cachant (car c'est illégal), car ils n'ont pas réussi à obtenir de logement social (seule une demande sur 3 est satisfaite) et que c'est leur dernière alternative avant la rue. Si cela leur permet de reconquérir autonomie, dignité et liberté, ce n'est néanmoins pas idéal, car ce sont des adresses non reconnues ne permettant pas de bénéficier des aides financières (CAF, RSA...) ni de voter. Vivre en communauté peut alors être une solution intéressante (pour pouvoir payer un terrain et unir ses efforts).
  • La requalification des compétences et des savoirs : L'habitat léger, on l'a vu, est souvent synonyme d'autoconstruction. Cette caractéristique conduit à ressentir plus d'affection pour l'habitat fini, qui matérialise une histoire vécue. C'est aussi une source de fierté, de voir qu'on a réussi à faire quelque chose de beau et de pratique, et qu'on va continuer à l'améliorer pour le rendre plus confortable et fonctionnel. On est dans l'accomplissement de soi, on se découvre de nouveaux talents, c'est très valorisant!
  • La réouverture des milieux agricoles et naturels :  L'habitat léger est une bonne alternative pour lutter contre la désertification des campagnes. Il permet notamment de ramener des populations jeunes dans les milieux ruraux. Souvent, l'habitat léger s'accompagne d'une exploitation biologique - il est alors vecteur d'une relocalisation d'activités de culture. L'habitat léger peut aussi dynamiser un territoire par le tourisme vert (bien que cela dépende de la philosophie de vie des porteurs de projet).
  • L'écologie : L'habitat léger est par nature plus écologique : étant démontable ou biodégradable, il ne laisse pas d'empreinte durable sur le territoire ; étant plus petit qu'une maison classique, il nécessite moins de matériaux de construction, moins de chauffage et pousse à moins s'encombrer ; il s'appuie sur sa propre production d'énergie, souvent issue de ressources renouvelables (soleil, vent, bois)...Outre ces avantages intrinsèques, la vie en habitat léger favorise la prise de conscience environnementale, car le contact avec la nature y est bien plus direct. On fait alors plus  attention aux produits cosmétiques et d'entretien utilisés, on utilise les ressources avec modération, on se lance dans son propre potager...
  • La recherche d'autonomie : Vivre en habitat léger, c'est aussi gagner en autonomie sur de nombreux plans. La plus évidente est l'autonomie économique : en n'ayant plus à payer un loyer ou à rembourser un prêt tous les mois, on est moins enchaîné par le besoin absolu de travailler en permanence - ce qui permet de dégager du temps libre pour profiter de sa famille, cuisiner, réfléchir, participer à des associations...Les habitats mobiles étant rarement raccordés au réseau, on gagne aussi en autonomie côté énergie, voir côté eau si on installe un récupérateur d'eau de pluie & des toilettes sèches. Et en étant entouré de verdure, la tentation de cultiver son propre potager est vite là, ce qui permet de gagner en autonomie alimentaire.
  • La vie en communauté : Ce dernier point concerne particulièrement les écovillages, souvent constitués au moins en partie d'habitats en léger. La vie en communauté comporte des avantages très concrets comme la mutualisation des moyens humains et financiers, la possibilité de gagner en autonomie en répartissant le travail à faire, une plus grande force juridique et politique...C'est aussi une belle opportunité pour construire une véritable vie de communauté et retrouver du lien social en organisant des projets à impact positif ensemble.


Il y a donc une multitude de raisons de choisir l'habitat léger. Il ne faut donc pas uniformiser les habitants d'habitats légers mais au contraire les singulariser : certains sont là par philosophie de vie (ex : les décroissants), d'autres n'avaient que là où aller (ex : les personnes en difficulté financière), certains fuient la ville (ex : les électrosensibles), d'autres font du nomadisme une tradition (les gens du voyage)...Toutefois, il faut reconnaître que l'habitat léger s'inscrit remarquablement bien dans la lignée de la simplicité volontaire, du minimalisme, du désencombrement et du zéro-déchet.



Ce qui reste à rédiger:
 


Dernière édition par Liliane le Sam 18 Aoû - 0:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savoir-faire-ecolo.forumactif.com
David54

David54

Messages : 11
Date d'inscription : 14/07/2018

Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Empty
MessageSujet: Re: Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!)   Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Icon_minitimeMar 14 Aoû - 23:12



Super intéressant ! En plus tu as placé de belles petites photos pour illustrer, ça donne envie de dormir dans toutes les habitations  ( la camionnette je passe mon tour ^^) !!

On voit bien qu'en France la législation est vraiment en retard pour les modes d'habitats alternatifs.

Malgré la récente loi AZUR, beaucoup de projets de ce type on été littéralement "tués dans l’œuf" et il n'est pas rare de voir des réalisations détruites à coup de bulldozer pour des règles d'urbanismes non respectées.

Par contre, dans certains paragraphes il y a des numéros dont je ne comprends pas le sens ?

Par exemple :



Citation :
Mais pour l’instant ça fonctionne, ça répond à nos besoins du moment ! 25



Je connaissais le site des toits alternatifs qui est un véritable mine or et que je consulte régulièrement.

Les autres ont l'air bien aussi, ravi de les découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liliane
Admin
Liliane

Messages : 43
Date d'inscription : 26/06/2018

Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Empty
MessageSujet: Re: Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!)   Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Icon_minitimeMer 15 Aoû - 11:12

Merci, c'est un sujet que j'adore aussi! =) Honnêtement je ne sais pas si j'aurai envie de vivre à l'année dans ce genre d'habitat, mais je tenterai bien des vacances en yourte ou en tiny house ^^

Oui, j'ai lu pas mal d'histoires horribles sur des gens éjectés de leurs lieux de vie après des années d'habitation...=/ Ce n'est pas comme s'il faisait du mal à qui que ce soit (à part potentiellement eux-même), j'ai vraiment l'impression que c'est juste une forme déguisée et institutionnalisé de rejet de la différence et de l'indépendance.

Ahhh, désolée pour les numéros! En fait quand je travaille sur un article, je commence par écrire mon plan, puis je remplie chaque partie en y copiant collant des informations intéressantes que j'ai trouvé un peu partout, et ensuite seulement je rédige en synthétisant. Pour les articles longs comme celui-ci, je publie un premier jet puis je l'édite jour après jour jusqu'à arriver à la version finale. Ce que tu as lu es une version en cours de rédaction - la première partie est partiellement écrite, la seconde est finie, et la 3ème et la 4ème sont juste un agrégat d'informations qu'il me reste à synthétiser (d'où les chiffres qui trainent en plein milieu, qui viennent des textes d'origine). Maiiiis je reconnais que ce n'est pas très clair xD Je ferai attention à mettre les parties concernées sous spoiler désormais ^^"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savoir-faire-ecolo.forumactif.com
Contenu sponsorisé




Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Empty
MessageSujet: Re: Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!)   Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Les habitats légers & mobiles (en cours de rédaction!)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de recherche en savoir-faire :: Partage de recherches en savoir-faire :: L'habitat-
Sauter vers: