Ce forum a pour but de compiler nos recherches sur les savoir-faire perdus ou ignorés, dans une optique de retour à un mode de vie plus écologique et autonome.
 
Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Pourquoi et comment viser l'autonomie?

Aller en bas 
AuteurMessage
Liliane
Admin
Liliane

Messages : 43
Date d'inscription : 26/06/2018

Pourquoi et comment viser l'autonomie? Empty
MessageSujet: Pourquoi et comment viser l'autonomie?   Pourquoi et comment viser l'autonomie? Icon_minitimeMer 27 Juin - 19:15

Sources :
- Vivre libre : mode d'emploi de l'autonomie
- Wikipédia
- Lectures diverses dont je n'ai pas le détail =/

L'autonomie peut se définir comme le fait de vivre en accord avec ses valeurs et en répondant à ses propres besoins, sans dépendance au "système".

Le système?

Selon Wikipedia, un système est un ensemble d'éléments interagissant entre eux selon certains principes ou règles. Un système est constitué d'un but, de ressources (humaines, naturelles, matérielles ou non...), d'interactions entre les ressources, d'une organisation (règles), d'une frontière (on peut appartenir au système ou on peut lui être externe, et appartenir donc à son environnement) et d'interactions avec l'environnement.
Voilà pour la définition générique. Mais qu'est ce que "le système"? A quoi s'oppose les gens "antisystèmes"? A priori, on désigne ainsi plutôt un système politique. Être antisystème, c'est critiquer les institutions politiques dominantes. La politique étant cependant à la racine des autres systèmes, être antisystèmes peut aussi vouloir dire s'opposer au système financier, au système économique, au système de santé, au système juridique...Bref, ne pas être d'accord avec l'état actuel des choses en général. Il peut donc être utile, quand on se revendique antisystème, d'expliquer exactement quel système on rejette.

En l'occurrence, ce qui ressort le plus souvent sur les blogs d'autonomie, c'est une recherche d'autosuffisance alimentaire et énergétique. Les motivations peuvent varier : il peut s'agir d'une volonté de sécurité (même sans emploi, on peut survivre dans des conditions décentes), d'un désir écologique (la nourriture étant locale et l'énergie renouvelable, être autonome est écologique par nature), d'une volonté de retour aux sources...Le système rejeté est alors plutôt le système capitaliste - sa compétition permanente, son impact sur l'environnement, le détachement de la réalité qu'il a engendré dans les sociétés occidentales.

Pourquoi en arriver là? Est-ce bien nécessaire?

Il y a bien d'autres manières de lutter écologiquement et socialement que la quête d'autonomie. Cependant, changer le système de l'intérieur est loin d'être évident. Les manifestations, les pétitions...peuvent fonctionner pour des mesures mineures, mais ne sont pas efficaces pour les décisions plus conséquentes. Plutôt que de s'arc-bouter en ce sens, l'autonomie est une sorte de boycott du système. Si on vit hors système, on ne le finance plus ; si il n'y a plus assez de personnes pour financer le système, il s'écroulera, ou sera obligé de s'adapter. Pour d'autres, le système est fichu de toute façon (collapsologie), et l'autonomie est une manière d'anticiper sa chute pour ne pas trop en souffrir.

L'idée de la vie en autonomie comme solution aux crises écologiques et sociales peut toutefois se heurter à quelques critiques. D'abord, ce mode de vie est loin de faire rêver tout le monde, et nombreux sont ceux à arguer qu'au nom de leur liberté individuelle, ils ont parfaitement droit de s'enfoncer dans un consumérisme ravageur si cela leur fait plaisir (ce à quoi on peut tout de même gentiment leur répondre que "la liberté des uns s'arrêtent là où commencent celles des autres", et qu'ils empiètent de toute évidence grandement sur celle des générations futures et des opprimés du système). Ensuite, comme la vie en autonomie est un choix et non pas une obligation, on peut douter de son efficacité finale (si seulement 5% de la population fait des efforts, la situation écologique ne risque pas de s'améliorer, et espérer convertir une majorité dans le peu de temps qui nous est imparti semble assez utopique). Enfin, vivre en communauté autonome est loin d'être une sinécure : juridiction compliquée, accords municipaux quasi impossible à obtenir et susceptible d'être révoqués chaque année, tensions inhérentes à la vie en communauté, investissement initial conséquent, risque d'être tout simplement évacué par les CRSS du jour au lendemain...De quoi décourager les bonnes volontés.

A quoi ça ressemble?

La vie en autonomie peut prendre plusieurs formes - tout dépend de l'autonomie qu'on cherche à atteindre :

  • Si on vise une autonomie alimentaire juste pour soi et sa famille, une maison à la campagne avec un lopin de terre bien entretenu peut suffire.
  • Si en plus de ça on veut atteindre une autonomie énergétique, mieux vaut avoir un habitat adapté et des installations pour profiter des ressources renouvelables (soleil, vent, bois...).
  • Si ce qui compte pour nous est simplement d'être libre tout en ayant une sécurité et un confort minimaux assurés, un habitat mobile (van, tiny house, etc) peut faire l'affaire. Les survivalistes leur préféreront la BAD (base autonome durable), qui permet de survivre longtemps en cas de catastrophe détruisant le système.
  • Enfin, pour ceux qui cherchent une autonomie "totale", mieux vaut former une communauté de personnes partageant des aspirations similaires - on parle alors d'écovillage, d'écolieu, de communautés autonomes...Cette forme est cependant la plus difficile à atteindre, car dépendant de beaucoup d'éléments extérieurs.


Quelques mots à ne pas confondre

L'autosuffisance consiste à se suffire à soi-même au niveau économique, càd ne pas dépendre des autres. Ce terme a une connotation assez individuelle.
L'autarcie implique l'autosuffisance totale, mais véhicule aussi une idée d'une famille ou d'une communauté fermée au reste du monde, d'un territoire bien distinct du reste du monde (un peu en mode "Captain Fantastic", pour ceux qui l'on vu).
L'autonomie, littéralement "être l'auteur de ses propres normes", peut se définir comme le fait de décider par soi-même des modes de production de ce qu'on consomme, et que ceux-ci soit soient à la fois justes et durables. On parle généralement de communautés autonomes, où l'organisation sociale est une part importante de l'autonomie. L'autonomie est moins "extrême" que l'autarcie dans le sens où les échanges entre les individus gardent une place importante et qu'il n'y a pas d'exclusion volontaire du reste du monde.
L'indépendance traduit à la fois l'absence d'attaches à une organisation et une volonté de n'être soumis à rien et influencé par personne - ce terme a une connotation vindicative (guerre d'indépendance, lutter pour son indépendance...).
Tous ces mots ont un peu tendance à être utilisés les uns à la place des autres, et certaines nuances font largement débat (entre autonomie et autarcie, notamment).  

Les bases de l'autonomie

Ici, je vais être assez synthétique, car chacune des bases méritent un (voire plusieurs) article détaillé. On est donc en bonne route vers l'autonomie quand on a considéré les points suivants :
- L'acquisition d'un terrain : Un hectare nourrit en moyenne une 20aine de personnes. La terre classée comme cultivable (mais non constructible) coûte en moyenne 5000 euros l'hectare, mais c'est extrêmement variable en fonction des régions. Il est également possible de se faire prêter un terrain par une association, de le louer ou squatter un terrain abandonné.
- La construction d'une maison : Pour avoir une maison écologique sans y laisser un bras, l'autoconstruction est conseillée. Ils existent de nombreuses écoles : Maison en terre, éco-dome, maison en bois et paille, earthship, tiny house, yourte, habitat groupé, aménagement de grottes...
-  S'assurer un apport en eau et en énergie, et ce sans être relié au système commun. Ici, on est plutôt dans les installations techniques : panneaux solaires, éoliennes, récupérateur et purificateur d'eau de pluie, chauffage au bois, batteries...On peut aussi chercher à réduire sa consommation : toilettes sèches, douche à vaporisation, fraidier (frigo naturel sous-terre), cuisinière à bois, chauffage géothermique, éclairage aux lampes à huiles (pour les plus motivés).
- Créer son potager. Là encore, plusieurs pistes sont à explorer : la permaculture, l'agriculture du non-agir, la biodynamie [plus ésotérique], le compostage, la construction des outils...
- Apprendre à faire soi-même : Les conserves, les produits ménagers, la nourriture, les savons, les soins, la couture, le pain, la poterie, la menuiserie, et bien d'autres encore! Bien sûr, à ce jeu là, on peut aller loin, et c'est à chacun de décider ce qu'il préfère faire lui même et ce pour quoi il accepte de dépendre d'autrui pour libérer son temps.
- Le fonctionnement de la vie commune : essentiel dans le cas d'une communauté autonome. Les questions de la prise de décision, de la présence ou non d'argent, de la répartition du travail, des valeurs et travaux prioritaires se doivent d'être considérées avec attention.

Les limites de l'autonomie
(reprise d'un commentaire fait plus bas)

Certaines autonomies sont difficiles, voir impossible à atteindre, et il faut je pense accepter que certains domaines sont par nature difficile à gérer à petite échelle - les soins par exemple. Même si nous visons une autonomie totale, nous n'envisageons pas de nous en passer, car nous n'envisageons pas de sacrifier des vies humaines qui pourraient être sauvées (ce qui est assez normal). On peut donc essayer d'être moins dépendant dans le domaine (en s'appuyant sur la phytothérapie ou sur les massages, en faisant beaucoup d'efforts sur la prévention, en encourageant un mode de vie sain) mais il est indispensable d'identifier clairement ses limites pour ne risquer la santé de personne.

Il me semble que la découpe est à peu près la suivante :
- Autonomies atteignables [mais qui peuvent tout de même nécessiter des achats de matière première]: la nourriture, l'eau, l'énergie, l'habillement, les transports sur courte distance, l'élevage, la construction de bâtiments, la production d'objets en bois/paille/terre/laine/cuir.
- Autonomies assez difficiles à atteindre : l'argent, la production d'objets en métal/verre/plastique/pierre, la gestion des déchets.
- Autonomies impossible à atteindre [ou alors à l'échelle de tout le pays]: Les transports longue distance, les soins médicaux, la politique, la défense militaire.


Dernière édition par Liliane le Sam 4 Aoû - 19:48, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savoir-faire-ecolo.forumactif.com
David54

David54

Messages : 11
Date d'inscription : 14/07/2018

Pourquoi et comment viser l'autonomie? Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi et comment viser l'autonomie?   Pourquoi et comment viser l'autonomie? Icon_minitimeVen 20 Juil - 13:02

Commentaire :

Je suis intimement convaincu que l'autonomie, si elle est en adéquation avec le respect de l'écologie, c'est "LA" solution pour l'avenir de notre petite planète bleue.

Certains éco-lieux, éco-villages atteignent l'autonomie énergétique avec de l'énergie renouvelable et aussi l'autonomie alimentaire grâce à la culture de potagers.

Mais d'autres autonomies sont moins accessibles comme pour les soins par exemple. Bien que les plantes soignent certains maux, la technologie médicale acquise au cours des dernières années ( indispensable au traitement des maladies graves ) est bien trop complexe et coûteuse pour s'en servir de façon autonome.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liliane
Admin
Liliane

Messages : 43
Date d'inscription : 26/06/2018

Pourquoi et comment viser l'autonomie? Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi et comment viser l'autonomie?   Pourquoi et comment viser l'autonomie? Icon_minitimeVen 3 Aoû - 18:15

Commentaire :

Bonjour David, merci beaucoup pour ton commentaire! =) Et désolée de te répondre si tard, l'enchainement de la fin de mon stage et de mon déménagement ne m'a pas laissé beaucoup de temps pour me connecter ^^" Mais j'ai désormais 3 semaines de tranquillité devant moi et je compte bien en profiter!

Pour en revenir au sujet de l'autonomie, je ne sais pas si c'est "LA" solution, mais il est certain que c'est une option assez séduisante. En tant que citoyens d'un pays "développé", nous n'avons actuellement pratiquement aucune indépendance par rapport au système, tant nous ne savons plus rien faire de nos mains. Nous avons conscience que le système économique et politique va mal, mais comment le renier alors que notre vie en dépend? Face à cette frustration, l'autonomie apparait comme un rêve de cohérence et d'indépendance. Pour autant, c'est une option qui est loin de séduire tout le monde : il faut une implication personnelle forte, une volonté et une capacité à vivre en communauté, accepter de renoncer à un certain confort...Et n'est ce pas un peu injuste de se dire qu'une poignée de personnes engagées vont faire tous les efforts possibles dans leurs communautés autonomes, alors que le reste du monde continue à vivre en gaspillant les ressources de la Terre? Ne faudrait il pas plutôt viser une forme moins extrême mais que la majorité pourrait accepter, sous la forme d'une réforme politique? C'est un peu la question éternelle de "Vaut-il mieux chercher à changer la société, ou en créer une en parallèle"...C'est un peu mon dilemme du moment à vrai dire ^^" Bon, j'ai quand même une préférence marquée pour l'option écovillage, parce que "créer un monde idéal avec un petit groupe de personnes partageant les mêmes valeurs que soi" semble infiniment plus agréable que "perdre son temps dans des débats stériles avec des personnes aux opinions contraires pour éventuellement obtenir de légères avancées largement insuffisantes qui peuvent être annulées d'un claquement de doigts au prochain changement de pouvoir" >_>

Bref, j'ai un peu divergé, pardon ^^" Comme tu le dis, certaines autonomies sont difficiles, voir impossible à atteindre, et il faut je pense accepter que certains domaines ne sont par nature pas très raisonnable écologiquement. En ce qui concerne les soins, certaines technologies, en plus d'être coûteuses et complexes, sont particulièrement énergivores, voir même considérables comme contre-nature. Pour autant, nous n'envisageons pas de nous en passer, car nous n'envisageons pas de sacrifier des vies humaines qui pourraient être sauvées (ce qui est assez normal). On peut donc essayer d'être plus indépendant dans le domaine (en s'appuyant sur la phytothérapie ou sur les massages, en faisant beaucoup d'efforts sur la prévention, en encourageant un mode de vie sain) mais il est indispensable d'identifier clairement ses limites pour ne risquer la santé de personne. En de hors de ce cas épineux, je pense que le découpage est à peu près le suivant :


  • Autonomies atteignables [mais qui peuvent tout de même nécessiter des achats de matière première]: la nourriture, l'eau, l'énergie, l'habillement, les transports sur courte distance, l'élevage, la construction de bâtiments, la production d'objets en bois/paille/terre/laine/cuir.

  • Autonomies assez difficiles à atteindre : l'argent, la production d'objets en métal/verre/plastique/pierre, la gestion des déchets.

  • Autonomies impossible à atteindre [ou alors à l'échelle de tout le pays]: Les transports longue distance, les soins médicaux, la politique, la défense militaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savoir-faire-ecolo.forumactif.com
David54

David54

Messages : 11
Date d'inscription : 14/07/2018

Pourquoi et comment viser l'autonomie? Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi et comment viser l'autonomie?   Pourquoi et comment viser l'autonomie? Icon_minitimeSam 4 Aoû - 23:19


Hello, ne soit pas désolée, c'est l'un des avantages du forum de pouvoir répondre quand on en a le temps.

J'ai eu du plaisir à lire ta réponse, prégnante et constructive et non tu ne diverges pas Smile ! Au contraire cela approfondi ton point de vue.

J'ai laissé un commentaire plutôt subjectif c'est vrai, emporté par mes idéaux ^^ .
Ta réflexion est plus pragmatique et englobe la société dans son ensemble et tu soulèves également des questions intéressantes :


Citation :
...  la majorité pourrait accepter, sous la forme d'une réforme politique? C'est un peu la question éternelle de "Vaut-il mieux chercher à changer la société, ou en créer une en parallèle"...



Pouvoir changer la mentalité par des réformes, déjà, comment s'y prendre ?
En militant auprès d'associations qui interpelleraient les élus ? En se lançant en politique soit même ? En rejoignant un groupe politique pour y militer ?

Je regarde de très près les réformes en ce qui concerne le climat et l'environnement et je peux te dire que ce gouvernement enchaîne les déceptions les unes après les autres.

La dernière en date est celle :
Le ministre de l'Agriculture  vient de porter un coup d’arrêt au développement de l’agriculture bio en gelant les aides à la conversion dans les trois prochaines années.

source :
Spoiler:
 




On a vu également des lobbys infiltrer l'Assemblée Nationale pour se procurer des textes de députés en ce qui concernait les pesticides.

source :
Spoiler:
 

Faire passer une réforme vraiment efficace prenant en compte la situation critique de l'environnement relève d'un combat quasi perdu d'avance. ( Pour ce gouvernement, le statu quo est au néo-libéralisme exclusif. )

Tu as raison quand tu dis :


Citation :
"créer un monde idéal avec un petit groupe de personnes partageant les mêmes valeurs que soi" semble infiniment plus agréable que "perdre son temps dans des débats stériles avec des personnes aux opinions contraires pour éventuellement obtenir de légères avancées largement insuffisantes qui peuvent être annulées d'un claquement de doigts au prochain changement de pouvoir" >_>"


Je te rejoins à 100%!  Very Happy  Very Happy  Very Happy

Et parce qu'une image vaut 1000 mots :


Pourquoi et comment viser l'autonomie? Ecolim10


Il ne faut pas oublier non plus qu'en tant que consommateur, nous avons le droit/pouvoir d'exiger le "mieux consommer".

Produits écologiques, commerces équitables, réduction même de notre consommation ? Les solutions viendrait elle de nous ?















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liliane
Admin
Liliane

Messages : 43
Date d'inscription : 26/06/2018

Pourquoi et comment viser l'autonomie? Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi et comment viser l'autonomie?   Pourquoi et comment viser l'autonomie? Icon_minitimeDim 5 Aoû - 16:39

Commentaire :

Coucou David,
Merci pour ta réponse rapide et pertinente! =) Pour rebondir sur ce que tu dis :

Honnêtement, je n'ai pas d'idée miracle pour réussir 1- à imposer des réformes suffisantes et 2- Faire en sorte que ces réformes soit acceptées et contribuent à changer les mentalités. Qu'on choisisse de se lancer dans la politique ou de militer, on se heurte toujours au même problème : nous sommes une minorité, et dans notre système démocratique, on considère que la "bonne" solution vient de la majorité (je trouve pourtant qu'il y a une nuance importante entre "ce que la majorité considère comme bien" et "l'intérêt commun", et que la politique devrait plutôt se soucier du second, mais là est un autre débat). Il faut donc de toute évidence d'abord se concentrer sur le fait de convaincre, si ce n'est une majorité de citoyens, au moins une part suffisamment importante pour être considérée comme non négligeable par les pouvoirs politiques.

A ce sujet, j'ai récemment lu "Petit Manuel de Résistance Contemporaine" de Cyril Dion (l'un des réalisateurs du livre "Demain"), dont l'idée principale est que pour rallier à sa cause, le militantisme catastrophiste n'est pas efficace et qu'il faut au contraire se concentrer sur la création d'un récit commun, sur la transformation de notre façon de voir le monde. Pour cela, il faut d'abord clairement identifier les piliers du récit actuel (l'argent, les écrans, les lois) puis proposer de nouvelles possibilités à travers nos propres vies. Concrètement, il existe déjà beaucoup de possibilités, je pense donc que ce qu'il reste à faire est donc 1- De communiquer pour que tout le monde en ait conscience, 2- De réussir à "faire système", à coopérer, à avoir des passerelles entre les différentes initiatives (les monnaies locales par exemple sont un bon liant). Du coup, effectivement, on revient un peu à l'idée de créer un "monde parallèle", avec ses propres valeurs et ses propres règles, mais avec comme idée centrale qu'il soit connu de tous et accessible facilement =)

Surtout, il faut remettre au goût du jour les idées de vie en communauté et de décisions collectives, sans quoi les mots politique et démocratie resteront vide de sens. Pour en revenir au "Petit Manuel de Résistance contemporaine", l'auteur suggère que la bonne échelle pour que tout le monde se sente impliqué et capable d'avoir un impact est celle des villes de taille moyenne. J'imagine donc qu'il y aurait quelque chose à organiser à cette échelle là, mais quoi précisément, c'est encore un peu flou ^^"

Je te remercie pour tes liens concernant la politique actuelle. J'avoue ne pas suivre les informations de prêt (je considère un peu ça comme de la pollution mentale), mais j'en entends et en lis suffisamment pour savoir que ce n'est pas reluisant. Clairement, il ne faut pas s'attendre à ce que des décisions allant à l'encontre des intérêts des lobbies soit prise au niveau national durant ce mandat. Heureusement et bien qu'on puisse parfois en avoir l'impression, un homme seul ne gère pas un pays. Les pouvoirs publics locaux, les associations et les  petites entreprises ont aussi une influence importante à leur échelle. Il s'agit donc de voir ce qu'on peut accomplir en passant par ces canaux là... En ce qui concerne la lutte à l'échelle européenne ou internationale, il existe un lobbying associatif comme il existe un lobbying des entreprises, qu'on peut soutenir financièrement faute de mieux.

Effectivement, une image qui résume bien la situation! A se demander si on a bien les même yeux et le même cerveau que le reste de la population...La réponse vient probablement de la force de l'habitude ou de la pression sociale, mais c'est tout de même assez décourageant à constater au quotidien =/

Et je suis tout à fait d'accord avec toi, nous avons beaucoup de pouvoir et d'influence en tant que consommateur =) Mais c'est quand même un peu dérangeant de se dire que c'est aux individus de faire tous les efforts de changement...Sans compter que ce raisonnement marche bien pour les petits gestes personnels (manger bio et moins de viande, limiter sa consommation d'énergie, prendre les transports en commun, etc) mais qu'il a ses limites :
- S'il n'y a plus ni travail ni boutiques de proximité dans ton village parce que l’État condamne toutes les lignes de train non rentables, encourage sans restriction l'installation d'hypermarchés, le libre échange et la concurrence absolue > il va bien falloir que tu acceptes d'aller t'installer en ville ou de prendre ta voiture tous les jours.
- Si tu es obligé de travailler 45h par semaine parce que l’État rend ça financièrement et légalement plus facile pour les entreprises que d'embaucher un nouvel employé, et que tu ne veux pas perdre ton boulot >  logiquement, tu auras moins de temps et d'énergie pour faire des courses auprès des petits producteurs locaux plutôt qu'en supermarché, pour aller donner à coup de main dans une association, pour te renseigner sur comment faire mieux.
- Si tu n'es pas naturellement riche et que tu as donc besoin d'argent pour payer ton loyer, ton alimentation et tes soins, que cet argent ne peut venir que de ton travail car l'Etat n'a pas mis en place de revenu universel et que la seule entreprise à t'accepter est une grosse entreprise pétrolière capitaliste jusqu'au bout des ongles > Tu vas accepter le poste, même si c'est contraire à tes idées, car tu en as besoin pour vivre.
- Etc, etc.
J'ai mis un peu ce qui me passait par la tête, mais c'était juste pour dire qu'avoir un état très libéral et capitaliste peut vite mettre des bâtons dans les roues. Et là je n'ai parlé que de conséquences assez indirectes, mais il y a aussi les fois où l'Etat s'oppose frontalement à la création d'un monde meilleur : en supprimant les contrats aidés qui faisaient vivre les associations, en allant détruire violemment la ZAD, en décidant de geler les aides à la conversion, en refusant l'installation d'écovillages...

[Je viens de me rendre compte que j'avais fait un petit roman...désolée, et merci si tu as eu le courage de tout lire ^^"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savoir-faire-ecolo.forumactif.com
Contenu sponsorisé




Pourquoi et comment viser l'autonomie? Empty
MessageSujet: Re: Pourquoi et comment viser l'autonomie?   Pourquoi et comment viser l'autonomie? Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi et comment viser l'autonomie?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de recherche en savoir-faire :: Débats & idées :: L'autonomie-
Sauter vers: